Je m’appelle Élodie et j’ai trente-six ans. Je suis en couple depuis plus de dix ans avec un homme de trente ans. Nous avons une petite fille de sept ans. Lorsque j’ai rencontré Auguste lors d’un festival de musique, je me suis dit qu’il était temps d’envisager de fonder une famille. Je l’attire dans mes filets, avec toute la hardiesse inconsciente dont la femme que je suis fait preuve afin d’atteindre son but. Le sexe, il voulait du sexe, avec moi, il en aurait, en tout cas au tout début. Âgé d’à peine vingt ans, Auguste vivait encore chez sa mère et était en plein bac professionnel boulangerie. Il ambitionnait d’ouvrir sa propre affaire. Je l’ai trouvé si beau, si gentil et si plein d’énergie ! Non seulement j’ai vu en lui le futur père de mon enfant, mais aussi l’homme le plus obéissant du monde. Obéissant dans le sens à l’écoute, introverti, ne prévoyant aucune autre femme que moi dans son sillage. L’homme parfait, si proche de l’image que j’avais gardée de mon père. Alors que je méprisais la manière dont maman se comportait avec lui, je ne pouvais penser qu’à l’éventualité de faire une grosse partie de ma vie avec un homme qui lui ressemble.

Je me suis sentie si femme que j’ai déployé tous mes atouts infinis de féminité, de sensualité, de félinité. Avec Auguste, nous sommes devenus les meilleurs amants du monde. Tous les jours, matin et soir, nous faisions l’amour. Il ne se demandait pas si je prenais la pilule ou un contraceptif particulier, si j’avais fait des analyses sanguines afin de vérifier que je n’étais pas porteuse d’une maladie sexuellement transmissible. Moi, par contre, j’ai exigé de lui une visite chez le médecin, une prise de sang au laboratoire d’analyses du coin. Il s’est laissé guider. Il savait que c’était pour notre bien, ma sécurité psychologique. Il ne m’a posé aucune question sur mon passé. Ça m’arrangeait grandement.

Rapidement enceinte, dès le troisième mois de notre relation, il n’a pas paru surpris. Moi, par contre, j’ai pris peur, parce que, même si je prévoyais cette éventualité depuis le départ, je ne me suis pas sentie prête à être maman ni à anticiper un avenir rempli uniquement de la présence d’Auguste et de cet enfant. Je me suis sentie piégée, précipitée dans une prison affective. Je me suis posée quelques minutes, quelques heures, regardant ce test de maternité avec l’incertitude de pouvoir être à la hauteur. Des peurs ont pris le dessus. Nos relations sexuelles se sont estompées. Auguste ne comprenait pas. Malgré tout, il ne posait aucune question. Plus il venait vers moi, moins j’avais envie de lui. Je ne le désirais plus. J’avais eu ce que je voulais, j’étais enceinte. Le prévoir est une chose, le vivre en est une autre. J’ai perçu la vie tellement différemment que je me suis sentie douter. J’ai douté de sa capacité à être un bon père, de ma capacité à être une bonne compagne. Tout d’un coup, l’image de ma mère vociférant m’est venue en tête. Je n’allais pas devenir comme elle ! Certainement pas ! Pourtant, j’en prenais le chemin. J’ai donc tenté d’être plus douce, de vivre cette grossesse dans les meilleures conditions, acceptant toute l’aide d’Auguste pour m’accompagner aux rendez-vous médicaux. Je me suis décidée à vivre cela de façon plus agréable, même si j’ai fini par le voir comme un gamin sans virilité. Cette lumière qui avait été provoquée par mes impulsions et mes anticipations s’est éteinte non seulement dans mon regard, mais également dans les gestes d’Auguste. Nous sommes devenus des partenaires, de futurs parents, d’anciens amants en seulement quelques mois. Je savais pertinemment que c’est moi qui avais provoqué cette situation. Je nous ai condamnés à élever un enfant et à vivre ensemble à perpétuité. Hors de question d’envisager une séparation, nous devions rester à deux pour cet enfant. J’ai très mal vécu ma grossesse. Pas assez préparée psychologiquement, physiquement à recevoir ce petit bout.

Qu’en pensez-vous ?


Cet article est inspiré de mon ouvrage : Le jour où j’ai commencé à effacer les ombres. Découvrez l’extrait gratuit en suivant le lien.